L’entrepreneur défricheur

Ses rebonds suivent la naissance de nouveaux modèles économiques

Ne lui parlez pas d’échec ! Thierry Garot ne pense qu’en termes d’«expérience». Et des expériences, il en a eues, à force de défricher de nouveaux métiers et business, de quoi progresser dans son identité d’entrepreneur. Il avoue trois convictions : ne jamais se laisser enfermer dans une case. Rebondir est affaire de rencontres. Aller où d’autres ne se sont pas encore aventurés. C’est son parcours entrepreneurial.

Le défricheur Thierry G. commence sa vie professionnelle en 1993 par l’action territoriale. Il travaille d’abord pendant sept ans non loin de Niort, en tant que responsable de l’animation économique du Syndicat mixte du Pays mellois (Deux-Sèvres). Sa mission : développer des services à destination des quelque 300 entreprises des 19 communes membres. Il ouvre entre autres le premier point SNCF en milieu rural et crée une plateforme de financement local.
En 2002, grâce à son réseau, il rejoint l’UPA (devenue U2P) en tant que secrétaire adjoint régional et s’installe à La Rochelle. Entre 2002 et 2004, il contribue au premier accord interprofessionnel de l’artisanat en France, à la première plateforme de services aux salarié.es et à la première cellule de prévention des risques sociaux avec l’Urssaf.

Le temps du salariat créatif

L’accès au crédit des PMA devient l’un de ses objectifs. En 2002, il participe à la création d’Interface avec le soutien du président de Région, Jean-Pierre Raffarin, et de la Caisse des Dépôts en partenariat avec une société de caution mutuelle pour les petites entreprises. Ce qui est proposé : apporter aux PME une garantie de crédit en amont du dépôt de la demande de prêt à la banque. Le dispositif va tenir jusqu’en 2008 – année qui voit la fin du soutien financier des collectivités. Il aura finalisé 600 dossiers à l’aide de pré-garanties à hauteur de 60%, essentiellement pour les PME de moins d’un million de chiffre d’affaires.

Lire aussi  Difficultés de recrutement et clients absents : comment faire face ?

Le temps de la première création d’entreprise

En 2004, porté par l’accueil positif réservé à Interface et aux résultats déjà obtenus, Thierry se lance en parallèle dans l’entrepreneuriat. Avec deux associés, il lance la société de courtage Financement des entreprises. Si l’activité rencontre un réel succès, la rentabilité n’est pas au rendez-vous. Au milieu des années 2000, le métier n’est pas encore réglementé comme aujourd’hui. Le modèle économique se révèle complexe, avec des difficultés à monétiser l’activité. La crise financière de 2008 parachève le tout. Les fonds qui ont été levés sont tous consommés. En 2013, la société dépose le bilan.
Une période moralement éprouvante pour Thierry qui porte en parallèle des projets familiaux engageants, notamment l’adoption de ses premiers enfants. Il saisit une offre à Paris. C’est le début de six années de vie de « commuter » – le terme états-unien de ces actifs à cheval entre leur région et l’Ile-de-France.

Le temps du responsable des partenariats

En 2014, Thierry Garot entame ces six années chez Unilend, acteur du marché naissant des plateformes de financement participatif où, en tant que responsable des partenariats, il décroche le financement de 40% de tous les deals par Groupama Banque. Mais en quête de son point de rentabilité, la boîte rappelle à Thierry ses propres erreurs. Il lui préfère alors MeilleursTaux.com, mais le voilà rattrapé au bout de deux ans par des soucis de santé. À La Rochelle où il s’installe, il rejoint Prêt Pro où il anime la relation avec 11 banques partenaires et participe à la création de sa filiale, belend.fr. Un confinement covidien plus tard, son job disparait. À 50 ans…

Lire aussi  « Entrepreneurs, passez à l’action ! » : 3 clés pour oser passer à l’action

Le temps du rebond par temps de covid

Chez l’ancien entrepreneur intrapreneur, le rebond est une seconde nature qui le pousse vers un coaching pour sa carrière, mais notre rebondisseur s’associe à Rifso, plateforme marocaine d’encaissement de factures et de crédits de trésorerie et adhère à Time for the Planet, l’entrepreneuriat au service de l’urgence climatique, une entreprise à mission. Il accompagne et crée pour ses clients la marque pouvoirdha.com, activité de conseil en ligne, puis début 2021 Kooseil.com, puis Koopilot.com. D’autres créations s’amorcent.

Audace et pondération, les deux mamelles du rebond

De ce parcours à multiples rebonds, Thierry Garot garde un enseignement : il faut sans cesse se fixer de nouveaux objectifs pour s’en sortir, quitte à devoir de temps en temps se mettre « un coup de pied aux fesses ». Ce qui lui a manqué ? Une plus grande maturité et un discernement plus aiguisé à l’époque. Et de rappeler à ses pairs : « Ne cherchez pas à casser la baraque à tout prix. Développez simplement à zéro coût et croissez vite ensuite. Surtout, fiez-vous à votre intuition ! » Les fruits de l’expérience en somme et de la maturité entrepreneuriale.

CLAIRE FLIN

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *